Pourquoi Wall-E ?

Dans l’article précédent, mes premières photos de déchets sont mises en scène avec une figurine que certains connaissent mais pas tous… Je vais donc vous compter rapidement ce qui m’a amené à utiliser WALL-E.

Enwall-e 2008, le réalisateur Andrew STANTON sort un film d’animation PIXAR intitulé WALL-E.

Ce film retrace les aventures du dernier robot nettoyeur d’une planète abandonnée par les hommes contraints de la quitter à cause notamment des déchets qui les envahissent, mais pas que. Plus de flores, plus de faunes, enfin si, un petit cafard devenu animal de compagnie de WALL-E qui manifestement, n’est pas un robot ordinaire… mais je ne vais pas vous faire un synopsis du film et vous laisse le soin de regarder cette fiction.

La mission de WALL-E est de ramasser les déchets, de les compacter et de les ranger. Le souci, resté sans réponse dans le film, que faire de ces déchets même collectés ? Eh bien, WALL-E les empile et en fait des constructions qui rivalisent avec les buildings des hommes.

WALL-E-094

Vous comprendrez bien à la vue de cette illustration, que les hommes n’ont pas eu le choix de quitter notre planète devenue irrespirable. Dépourvu de faunes, de flores, et avec une eau ressemblant à du pétrole non traité, la planète terre est morte… Mais dans le film une lueur d’espoir quand même… eh oui, ce n’est pas un drame. Par contre revenons à la réalité !!!

Augmentation exponentielle de la population qui par corolaire entraine la bétonisation, le besoin de manger donc de produire plus vite sans se soucier de l’équilibre écologique, la surconsommation faisant le bonheur d’une minorité de milliardaires et bien entendu, les déchets liés à tout ceci.

Il faut avoir travaillé comme moi dans des centres de tri, des déchetteries, des stations d’épuration (J’en parlerais dans un autre article) pour comprendre qu’il y a urgence et que ce film risque bien d’être notre futur proche.

Voilà pourquoi j’ai choisi WALL-E comme symbole de ma sensibilisation, une figurine « en plastique » prise en photo à coté de déchets la plupart du temps en plastique aussi.

À ce jour, j’ai en moyenne, sur un parcours quotidien d’à peine 2 kilomètres, 5 déchets par jour sans compter les mégots de cigarettes et les emballages qui volent au gré du vent…

 

Le comportement de chacun doit changer. Même si je suis persuadé que je n’aurais d’impact que sur ceux déjà sensibles à ce problème, je continue et évolue pour monter d’un cran AVEC l’association LNP.

Nicolas SERANO

 

#déchets #pollution #cadeborde #incivilités #environnement #nature #paysage #planete #planet #sensibilisation #association #LNP

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :